• sample-1

    EXCEPTEUR
    OCCAECAT

    Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Proin tristique in tortor et dignissim. Quisque non tempor leo. Maecenas egestas sem elit

ConseilNutrition et Kinésithérapie : un rôle de plus en plus important pour le praticien

Au même titre qu’il joue un rôle de conseiller auprès du patient sur les bonnes attitudes et postures dans la vie quotidienne, ou la pratique de son activité sportive, le kinésithérapeute joue également un rôle de plus en plus important en étant un conseiller nutritionnel auprès de son patient.

En effet, l’amélioration de l’état nutritionnel des patients favorise l’accélération et l’efficience des soins, et contribue à préserver un bon capital osseux et cartilagineux et par conséquent à limiter un certain nombre de troubles traités par les praticiens. Elle représente donc un facteur clé de succès pour le travail quotidien des kinésithérapeutes et ostéopathes. 

Le Conseil Nutritionnel : un triple bénéfice

Le conseil nutritionnel apporté par le kinésithérapeute pourra en effet apporter un triple bénéfice sur :

  • L'optimisation de l’efficacité des séances : « La prise en charge nutritionnelle des tissus cibles : os, cartilage, ligaments, muscles, permet une meilleure efficience et un meilleur impact des techniques manuelles. De plus, toute séance de massage produit des radicaux libres. Une micronutrition à visée musculaire et antioxydante peut permettre une meilleure tolérance et meilleure récupération des séances. » précise le Docteur César Philip, chargé d’enseignement au collège d’ostéopathie de Provence.
  • La prévention des déséquilibres : une analyse du profil nutritionnel permet de comprendre, de corriger et de prévenir les causes non mécaniques des douleurs, inflammations et déséquilibres des patients.
  • La prévention des blessures : une prise en charge nutritionnelle, en particulier dans le cadre sportif, permet de prévenir les blessures et accidents.

Agir sur l'Alimentation

AlimentationEn premier lieu, il convient d’inciter le patient à revoir son bol alimentaire en privilégiant les nutriments protecteurs des os, cartilages et tendons :

  • Le Magnésium : indispensable à la fixation du calcium et à la contraction musculaire ;
  • Le Calcium : indispensable à la construction osseuse, essentiel à la contraction musculaire ;
  • La Vitamine E et le Sélénium : permet de lutter contre les réactions oxydatives et le processus de vieillissement de l'organisme, notamment articulaire ;
  • La Vitamine D : facilite l'absorption du calcium et du phosphore, et aide à réguler la calcification des os ;
  • La Vitamine C : joue un rôle protecteur vis à vis des deux enzymes qui catalysent la synthèse du collagène et est également impliquée dans la synthèse du collagène de réparation des tissus lésés ;
  • La Provitamine A ou Bêta-Carotène : permet de lutter contre les radicaux libres et protège contre le vieillissement, en particulier articulaire ;
  • Les acides gras essentiels oméga-3 et oméga-6 : limitent les réactions inflammatoires et améliorent la fluidité membranaire ;
  • Les antioxydants : permettent de lutter contre les radicaux libres et protègent contre le vieillissement.

Proposer une complémentation nutritionnelle

Sport

Au-delà de ces conseils, il est important en kinésithérapie du sport de proposer au patient une complémentation micronutritionnelle adaptée à la nature et à l’intensité de son sport pour :

Améliorer la résistance : la micronutrition pourra favoriser la construction et le renforcement musculaire, en agissant au cœur du muscle, mais aussi améliorer la résistance articulaire ou renforcer les défenses naturelles. Lors d'exercices prolongés, une part considérable des BCAA (acides aminés essentiels impliqués dans la synthèse des protéines) est transformée par les muscles. Si leur concentration devient trop faible, le muscle se détruit pour fournir le carburant manquant. Il est donc important de ne pas en manquer. La pratique sportive intensive acidifie l’organisme, accélère la déperdition du calcium et fragilise les articulations. Il est donc conseillé de prendre des compléments à base de fibres bifidogènes, Probiotiques, Glucosamine, Chondroïtine, Antioxydants et Vitamines pour éviter la déminéralisation, renforcer la résistance des cartilages et les défenses naturelles.

 

Optimiser la récupération : une bonne préparation nutritionnelle permet d’accélérer la récupération après l’effort. Certaines substances naturelles renforcent l’organisme pour qu’il résiste mieux aux dommages causés par l’exercice. D’autres facilitent sa régénération, en activant les processus de nettoyage des toxines et de réparation des tissus lésés. L’apport d’eau, de minéraux et de sucres est indispensable à la restauration de l’équilibre et des réserves de l’organisme. Le NO accroit le flux sanguin et permet une élimination plus rapide des toxines, tout comme certaines plantes : Chlorella, Coriandre, Choline, Artichaut... qui facilitent la détoxification de l’organisme. Les protéines, peptides et acides aminés s’intègrent au cœur du muscle pour réparer les fibres lésées par l’effort. Certaines vitamines et minéraux facilitent le sommeil réparateur et renforcent les défenses naturelles.

Les compléments alimentaires spécifiquement élaborés pour la résistance et la récupération des sportifs vont leur apporter des nutriments essentiels :

  • La Glucosamine et la Chondroïtine : pour stimuler la production et la réparation des cartilages, et favoriser leur lubrification pour améliorer la souplesse, le confort et la résistance articulaire ;
  • La Glutamine : pour favoriser la réparation des microlésions musculaires liées à l’effort et la reconstruction des réserves en glycogène ; et stimuler la fonction immunitaire déficiente après l’effort ;
  • Les BCAA : pour faciliter la récupération après l’effort physique et accélérer la réparation des tissus abîmés ;
  • Le Sélénium : pour protéger l’organisme du stress oxydatif ;
  • Les Antioxydants : pour contribuer à lutter contre les radicaux libres et protéger contre le vieillissement.

Sources

Physiopolis n°13, mars 2008