• sample-1

    EXCEPTEUR
    OCCAECAT

    Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Proin tristique in tortor et dignissim. Quisque non tempor leo. Maecenas egestas sem elit

Engourdissement dans les doigts, douleur à la main et au poignet, faiblesse de la préhension du pouce… ce sont les symptômes courants du syndrome du canal carpien. Il s’agit d’un trouble musculo-squelettique caractérisé par la compression du nerf médian dans le tunnel carpien. Définition, causes et symptômes du syndrome, lien entre kinésithérapie et canal carpien… on fait le point sur le sujet.

Syndrome du canal carpien : qu’est-ce que c’est ?

Le syndrome du canal carpien est un ensemble de signes qui désigne la compression du nerf médian. Ce dernier est responsable de l’innervation sensitive et motrice de l’avant — bras, de la main et des quatre premiers doigts. Le pincement de ce nerf au niveau du poignet entraine un engourdissement de la main et des doigts, une baisse de la force du pouce et parfois des douleurs du canal carpien. Il s’agit d’une neuropathie périphérique qui devra être traitée dès son apparition pour ne pas arriver à des solutions extrêmes à l’instar de la chirurgie.

Le canal ou tunnel carpien, c’est quoi ?

Situé sur la face interne du poignet, le canal carpien est un tunnel délimité, en arrière et sur le côté, par les os de la deuxième rangés du carpe, et le ligament annulaire antérieur du carpe en avant. Le nerf médian ainsi que des tendons fléchisseurs passent en dessous de ce tunnel. Cet espace est donc naturellement étroit si bien que la moindre gêne peut entrainer une compression du nerf.

Qui est atteint de ce syndrome ?

Le syndrome du canal carpien est un trouble musculo-squelettique très fréquent. Il dispose d’une prévalence élevée chez le genre féminin et touche le plus souvent les personnes comprises entre ces deux tranches d’âges : 40 à 50 ans et 60 à 70 ans.

Il s’agit notamment d’une maladie professionnelle. Autrement dit, le syndrome du canal carpien est souvent en relation avec un métier qui exige un usage ou une posture inappropriée du poignet.

Voici les sujets qui présentent plus de risques de développer un syndrome du canal carpien :

  •          Les travailleurs manuels (bricoleur, artisan…) ;
  •          Les personnes qui effectuent des gestes répétitifs avec leurs poignets ;
  •          Les femmes enceintes…

Les causes du syndrome du canal carpien

Souvent, les médecins ont affaire à un syndrome du canal carpien idiopathique c’est-à-dire qu’on n’arrive à identifier exactement l’origine du trouble. Il faut cependant savoir qu’il existe de nombreux facteurs qui favorisent cette affection :

  •          Un métier qui requiert une utilisation excessive de l’articulation du poignet ;
  •          Une répétition de mouvement de flexion et d’extension du poignet ;
  •          La grossesse ;
  •          Le diabète ;
  •          Des traumatismes répétés au niveau du poignet ;
  •          Une instabilité des os du poignet…
  •          Une maladie ostéo-articulaire : polyarthrite rhumatoïde, goutte…

Syndrome du canal carpien : quels sont les symptômes ?

Les personnes qui souffrent de canal carpien ressentent un engourdissement, un picotement ou une douleur au niveau des zones innervées par le nerf médian. Ces symptômes sont notamment ressentis au niveau du pouce, de l’index, le majeur, et la moitié de l’annulaire. La douleur à la main et doigt au cours du syndrome ressemble souvent à une décharge électrique. Elle peut parfois remonter vers l’avant-bras ou le coude. Le patient peut également remarquer un déficit musculaire qui se manifeste par une faiblesse de préhension du pouce.

Il existe d’autres symptômes du syndrome du canal carpien :

  •          Douleur à la main pendant la nuit suivie d’un engourdissement le matin ;
  •          Signes apparaissant quand le sujet effectue un geste précis du poignet ;
  •          Signes apparaissant quand il y a changement de température…

Le diagnostic du syndrome du canal carpien est confirmé par un électromyogramme. C’est un examen qui permet d’analyser la transmission de l’influx nerveux par les nerfs. En tout cas, dès l’apparition des premiers symptômes, il est recommandé de consulter un médecin ou un kinésithérapeute au plus vite.

Kinésithérapie et canal carpien : la prise en charge !

Outre les moyens médicamenteux et chirurgicaux, la kinésithérapie est la thérapie manuelle à privilégier pour traiter le syndrome du tunnel carpien. D’ailleurs, dès l’apparition des premiers signes, il convient de se tourner vers un kinésithérapeute afin de limiter l’évolution de la maladie ainsi que les complications.

Quand faut-il consulter un kinésithérapeute pour un syndrome du canal carpien ?

Quand le patient commence à ressentir un engourdissement ou un picotement au niveau de ses doigts, il convient de prendre un rendez-vous chez un professionnel qualifié afin de voir ce qu’il en est. Dans le cadre d’un syndrome du canal carpien, un diagnostic posé précocement permet une plus grande chance de guérison.

Cependant, il faut noter qu’il existe trois nerfs qui assurent l’innervation de la main. L’agression de ces nerfs dans leur trajet est tout aussi responsable de symptômes similaires à ceux du syndrome du tunnel carpien. Avant d’opter pour un quelconque traitement, il est préférable de confirmer le diagnostic. Pour ce faire, il faut s’assurer qu’il s’agit bien d’une irritation du nerf médian à l’intérieur du canal carpien. Le kinésithérapeute est en mesure de faire un bilan en vue de confirmer le diagnostic du syndrome du canal carpien.

Kinésithérapie et canal carpien : en quoi consiste le traitement ?

Le traitement du canal carpien par la kinésithérapie commence par une consultation. Grâce à des questions et des tests, le pratiquant pourra en savoir un peu plus sur le trouble dont souffre le patient.

Quand les bilans nécessaires seront effectués, le kinésithérapeute proposera un plan de traitement adéquat selon le cas du sujet. Entre autres, celui-ci consiste à des exercices de renforcement musculaire des doigts, de la main et de l’avant-bras. Il vise également à améliorer la souplesse du poignet et de la main afin de libérer la pression exercée sur le nerf médian. Le kinésithérapeute apprend aussi à son patient les mouvements et les postures à adopter afin de prévenir le syndrome du canal carpien et de limiter son évolution.

La kinésithérapie pour soulager les symptômes du syndrome du canal carpien

La kinésithérapie offre un accompagnement idéal à un patient qui souffre du syndrome du canal carpien. En effet, lorsque le trouble s’installe de manière chronique, cette thérapie manuelle propose différents exercices pour récupérer l’usage des doigts et se débarrasser des symptômes. Le kinésithérapeute effectue également un massage particulier pour soulager les douleurs à la main et au poignet. Cela permet aussi de stimuler le retour de la sensibilité au niveau des doigts innervés par le nerf médian.

La kinésithérapie pour accompagner la rééducation après une opération du canal carpien

Il est possible et même fréquent qu’on arrive à la chirurgie pour traiter un syndrome du canal carpien. L’intervention chirurgicale est notamment indiquée lorsque le patient perd une grande partie de l’usage de sa main et de ses doigts. En effet, dans ces circonstances, la capacité de préhension se voit relativement réduite.

À la suite de l’opération d’un syndrome du canal carpien, il est recommandé de faire appel à un kinésithérapeute pour aider dans la rééducation fonctionnelle. Bien que certaines séquelles du syndrome persistent en période postopératoire, la kinésithérapie permet de retrouver une fonctionnalité normale des doigts et de la main.

Pour finir, il faut rappeler que l’usage excessif du poignet peut entrainer un syndrome du canal carpien : un trouble musculo-squelettique dû au pincement du nerf médian. La kinésithérapie et le canal carpien sont souvent cités ensemble puisqu’il s’agit de la thérapie manuelle à privilégier dans le cadre de cette neuropathie périphérique. Les chances de guérison sont plus importantes si le trouble est traité à temps. Dès l’apparition des premiers symptômes, consultez un kinésithérapeute le plus rapidement possible.