• sample-1

    EXCEPTEUR
    OCCAECAT

    Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Proin tristique in tortor et dignissim. Quisque non tempor leo. Maecenas egestas sem elit

Zoom sur la kinésithérapie 

 

À partir de sa naissance et au fur et à mesure qu’un enfant grandit, il acquiert de nouveaux mouvements spécifiques à son âge. D’un sujet à l’autre, le rythme n’est pas toujours pareil. Toutefois, il existe des cas où des retards ou des difficultés aigües sont constatés. Pour rattraper et corriger ces anomalies, la kinésithérapie pédiatrique offre de nombreux soins spécialisés. Parlons de cette discipline dans cet article.

 

Qu’est-ce la kinésithérapie pédiatrique ?

La kinésithérapie pédiatrique est une discipline paramédicale qui soigne les pathologies neurologiques, cardio-respiratoires, orthopédiques et traumatologiques rencontrées chez le nourrisson, l’enfant et l’adolescent.

 

Le rôle d’un kinésithérapeute en pédiatrie

Le travail du kinésithérapeute consiste généralement à rétablir les aptitudes physiques et mentales de l’enfant par le biais de diverses techniques de massage, d’entraînement musculaire, d’appareillage et de stimulations neurologiques.

Au cours de sa formation professionnelle, il étudie :

  • les aspects normaux et anormaux du développement moteur, sensitif et cognitif ; 
  • les principales pathologies du bébé et de l’enfant ; 
  • les principes de la rééducation et de la prise en charge des handicaps chez les tout-petits.

Devant une éventuelle pathologie, le kinésithérapeute établit le diagnostic de l’enfant et définit la démarche thérapeutique correspondante. Ensuite, il effectue des suivis réguliers tout au long du traitement. Le professionnel devra également maintenir une relation rapprochée avec les parents et les médecins afin de bien surveiller l’évolution de son jeune patient.

 

Les champs de compétences de la kinésithérapie pédiatrique classés par âge

La kinésithérapie pédiatrique traite de multiples pathologies infantiles. Dans les listes suivantes, vous retrouverez les types de maladies souvent pris en charge selon la classe d’âge de l’enfant :

 

Indication de la kinésithérapie pédiatrique chez les nouveau-nés à 2 ans

À ce niveau, la kinésithérapie est recommandée dans le cadre des traitements de plagiocéphalie, du torticolis, du métatarsus varus, du pied bot... Elle figure aussi parmi les traitements de première intention chez toutes formes de développement neuromoteur anormales chez le bébé.

 

Pour les enfants de 2 à 12 ans et les adolescents (12 à 18 ans)

À cet âge, les domaines d’application de la kinésithérapie pédiatrique sont plus larges :

  • communication et oralité,
  • troubles des acquisitions motrices et neurologiques,
  • problèmes orthopédiques (congénitales, traumatologiques, suite à une chirurgie)…

 

Les différentes formes de la kinésithérapie pédiatrique

La kinésithérapie pédiatrique veille au bon développement physique et psychologique de l’enfant. Pour ce faire, elle intervient sous plusieurs formes.

 

Stimulation du développement moteur d’un bébé

Le développement moteur d’un bébé comprend :

  • l’éveil sensori-moteur précoce,
  • le redressement de la tête et du corps,
  • le retournement du dos vers le ventre,
  • la préhension,
  • la position assise,
  • la rampe,
  • et la marche.

 

Le délai d’évolution vers chacun de ces stades varie d’un bébé à l’autre. On peut rencontrer des cas où le bébé présente de grands retards. C’est là qu’intervient la stimulation par la kinésithérapie pédiatrique. Le professionnel soumet le bébé à des tests variés et adaptés à son âge afin de mieux apprécier ses réactions et ses mouvements. Les méthodes et la durée de la rééducation seront déterminées à partir des résultats obtenus.

 

Par ailleurs, pour optimiser l’apprentissage, les parents reçoivent également des idées d’activités physiques et de jeux de motricité à faire à la maison.

Cette thérapie est particulièrement recommandée chez les nourrissons souffrants de :

  •          troubles neurologiques,
  •          problèmes orthopédiques,
  •          torticolis,
  •          reflux,
  •          ou de plagiocéphalie.

Elle est également bénéfique pour les bébés nés avant terme et ceux qui montrent une préférence de position.

 

La kinésithérapie psychomotrice

Le développement psychomoteur est fondamental pour un bébé. Il garantit sa mobilité et sa croissance mentale. L’acquisition de ces capacités s’effectue en grande partie durant les deux ou trois premières années. On parle d’intelligence sensori-motrice. Elle englobe les facultés à bouger et à utiliser ses sens.
Lorsque le développement psychomoteur est anormal, on constate souvent chez l’enfant une réduction de la motricité globale : absence ou manque de coordination des gestes, absence d’équilibre, faiblesse musculaire. Parfois, on ne perçoit qu’un trouble partiel qui affecte la dextérité manuelle, la structuration spatiale et temporelle, la latéralité et le schéma corporel.

La kinésithérapie psychomotrice chez l’enfant vise à corriger ces difficultés. Ainsi, elle est employée pour traiter des pathologies spécifiques comme le TAC (trouble d’acquisition de la coordination) ou la dyspraxie.

 

Kinésithérapie neuromotrice : beaucoup utilisée en kinésithérapie pédiatrique

Un peu comme la kinésithérapie psychomotrice, la kinésithérapie neuromotrice travaille les réactions d’équilibration de l’enfant (posture et équilibre du corps), le tonus musculaire et le contrôle des gestes.
Elle est particulièrement indiquée chez les enfants ayant des problèmes neurologiques tels que le spina-bifida, l’infirmité motrice cérébrale, les affections neuromusculaires…Il s’agit également d’une thérapie d’accompagnement efficace pour les enfants victimes de retard de développement neuromoteur.
Dans l’ensemble, les programmes de rééducation fournis par la kinésithérapie neuromotrice ont pour objectif de renforcer la sécurité des patients. À l’aide de divers exercices physiques et sensori-moteurs appropriés, le professionnel favorise leur autonomie au quotidien. De plus, cette thérapie diminue les risques de déformations orthopédiques.

 

La kinésithérapie respiratoire en pédiatrie

Les bébés et les enfants sont très sensibles aux maladies respiratoires chroniques. Les plus courantes sont la bronchiolite, la bronchite, la mucoviscidose, la pneumonie et l’asthme. Au cours de leur forme aigüe, ces pathologies peuvent être dangereuses pour l’enfant d’où l’intérêt d’un soin adéquat en urgence.

Notamment pour les tout-petits, la kinésithérapie respiratoire est une excellente alternative pour optimiser les fonctions pulmonaires. Elle utilise des techniques douces et non invasives qui sont véritablement efficaces pour améliorer le drainage bronchique et favoriser l’expectoration (rejet des sécrétions bronchiques à l’extérieur).

 

Kinésithérapie orthopédique

La kinésithérapie orthopédique est spécialisée dans les traitements des déformations ou malformations des os, des articulations, des tendons et des muscles chez les enfants.
Il peut s’agir d’une affection congénitale : le torticolis congénital, le pied bot, la dysplasie ou la luxation de la hanche. Elles peuvent aussi survenir pendant la période de la croissance physique. C’est par exemple le cas de la scoliose, des troubles statiques des membres inférieurs, de la cyphose ou de l’épiphysiolyse de hanche. Souvent, elles sont provoquées par des accidents (fractures, entorses) ou par une intervention chirurgicale.
Face à ces problèmes, la kinésithérapie orthopédique agit dans les buts de calmer les douleurs physiques, limiter l’évolution de la maladie et rétablir autant que possible les fonctionnalités motrices de l’enfant. Toutefois, les méthodes thérapeutiques appliquées varient selon la pathologie et sa gravité.

 

L’apprentissage clavier en kinésithérapie pédiatrique

L’apprentissage du clavier gagne de plus en plus de place dans le domaine de la kinésithérapie pédiatrique. Il soutient les enfants présentant des troubles de dyspraxie, dyslexie et dysgraphie. Ces difficultés ont de fortes répercussions sur l’apprentissage scolaire puisqu’elles engendrent des problèmes de lecture, d’orthographe et de graphisme.

La rééducation au clavier quant à elle, va se centrer plus sur la capacité cognitive de l’enfant. Elle soulève les problèmes de mauvaises écritures ce qui permet à l’enfant d’obtenir une meilleure lisibilité et de mieux se concentrer sur les sens des mots et des phrases. Entre autres, grâce à ce support informatique, il peut rattraper son retard par rapport à ses camarades.

 

Les spécificités de la kinésithérapie pédiatrique 

Pour que la rééducation fonctionne, il est important que l’enfant accepte à participer activement à tous les exercices proposés pendant la séance. C’est pourquoi en kinésithérapie pédiatrique, les thérapies gardent toujours un aspect ludique. Plus l’enfant s’amusera, plus il va collaborer. D’ailleurs, des séances groupées sont parfois réalisées afin de créer plus d’ambiance de convivialité. 

En outre, la contribution des parents est également très privilégiée dans ce domaine. Leurs participations lors des pratiques thérapeutiques renforcent la motivation et la confiance du petit. De plus, leur présence les aidera à connaître davantage les gestes et les comportements à tenir vis-à-vis de leur enfant dans la vie courante.

La kinésithérapie pédiatrique est une médecine alternative qui s’adapte au rythme de l’enfant. La durée de la séance et le programme d’exercices sont préalablement choisis en fonction de la maladie et de la capacité d’endurance de ce dernier.