• sample-1

    EXCEPTEUR
    OCCAECAT

    Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Proin tristique in tortor et dignissim. Quisque non tempor leo. Maecenas egestas sem elit

Qu’est-ce que la kinésithérapie prénatale?

La grossesse est une expérience à la fois riche et angoissante, mais surtout unique pour une femme. C’est tout l’intérêt de bien s’y préparer. La kinésithérapie prénatale aide les femmes enceintes à mieux vivre et à profiter de cette période très délicate. Qu’est-ce que la kinésithérapie prénatale ? Qu’est-ce qu’on y apprend ? Quels sont les bienfaits de la kinésithérapie pour la femme enceinte ? Découvrez les réponses à ces questions dans cet article.

 

En quoi consiste la kinésithérapie prénatale?

La kinésithérapie prénatale permet à une femme enceinte de mener à bien sa grossesse et de se préparer physiquement et mentalement à l’accouchement.

Pendant la grossesse, une femme subit maints changements et bouleversements au niveau de son corps. Nombreuses sont les gênes et les douleurs qu’elle subit. La kinésithérapie de la femme enceinte l’aide à vivre cette expérience unique avec son enfant dans les meilleures conditions.

La kiné prénatale est recommandée surtout pour les jeunes mères qui attendent leur premier enfant. C’est toujours un avantage de se faire accompagner et guider par un professionnel au cours d’une période délicate qui est la grossesse.

 

Quand faut-il commencer la kinésithérapie prénatale?

Le kinésithérapeute prénatal ne conseille pas cette pratique au cours du premier trimestre de la grossesse. C’est en effet pendant cette période que la femme subit le plus de modifications tant au niveau hormonal qu’au niveau physique. Il est donc préférable d’attendre que la future mère s’adapte parfaitement à son nouvel état physiologique.

Une femme enceinte peut alors commencer les séances de kiné prénatale dès le début de son deuxième trimestre de grossesse. Il n’est toutefois pas obligé de commencer à ce stade. Elle peut toujours consulter son kinésithérapeute pour la grossesse jusqu’à son accouchement.

Le moment idéal pour commencer la kinésithérapie prénatale est au début du 3èm trimestre. À ce stade, les gênes et douleurs liées à la gestation se font sérieusement sentir. C’est également le moment idéal pour se préparer à l’accouchement.

 

Qu’est-ce qu’on y apprend?

De la manière dont il faut s’assoir jusqu’à la méthode pour pousser correctement en passant par les exercices à réaliser pour éviter les douleurs lombaires, les cours de kinésithérapie prénatale traitent divers sujets tous aussi pointus dans le cadre d’une grossesse. Il s’agit avant tout d’un accompagnement complet afin de permettre à une femme de vivre sa grossesse dans un état le plus serein possible.

 

Les postures à adopter quand on est enceinte

Le corps de la femme, en particulier sa colonne vertébrale, subit littéralement une déformation afin de permettre à son ventre de se développer. Il est donc important de faire attention à la façon dont elle s’assoie, marche ou réalise ses tâches quotidiennes. Tout cela dans le but de prévenir ou du moins, minimiser les douleurs lombaires.

Quand on est enceinte, adopter la bonne posture est aussi essentiel pour assurer une bonne circulation sanguine. En effet, pendant la grossesse, l’utérus augmente considérablement de volume ce qui laisse peu de place pour les organes avoisinants. Les vaisseaux sanguins qui se trouvent à proximité peuvent donc être comprimés dès le moindre mouvement. C’est en partie ce qui explique les jambes lourdes et la rétention d’eau chez la femme enceinte.

Au cours de la kinésithérapie prénatale, la future mère apprend les bonnes manières pour s’assoir ou dormir et surtout les positions qui sont préférables d’éviter.

 

Des exercices de respiration pour se préparer à l’accouchement

À l’approche du terme de la grossesse, respirer correctement est déjà difficile pour une femme enceinte. D’une part, ses poumons n’arrivent pas à se remplir correctement du fait de la compression exercée par le volume du ventre. Et d’autre part, le retour veineux, retour du sang veineux vers le cœur, se fait mal si bien que les poumons ne reçoivent pas le même flux sanguin que d’habitude. Dès ce stade, savoir rentabiliser ses respirations est déjà crucial. On apprend les techniques correspondantes avec la kinésithérapie prénatale.

Lors de l’accouchement, une respiration optimale est aussi essentielle pour reprendre le souffle que pour favoriser l’expulsion du bébé. En effet, en dehors des poussées, la femme se concentrera sur des exercices de respiration bien spécifiques quand le travail se déclenchera.

 

Des exercices de relâchement

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, le travail ne consiste pas essentiellement à pousser. Il faudra savoir relâcher quand il le faut. Il faut comprendre que la sortie du bébé est notamment assurée par les contractions de muscles de l’utérus. Détendre les autres muscles qui pourraient faire obstacle à l’expulsion de l’enfant s’avère donc indispensable. Avec les douleurs, cela n’est pas une mince affaire et demande de l’exercice. Les exercices de respiration et de relaxation vont généralement de pair et ils sont très importants pour réussir son accouchement.

 

Apprendre à pousser lors du travail

Quand le médecin, le gynécologue ou la sage-femme dit de pousser, on ne le fait pas n’importe comment. Il existe une méthode bien spécifique qui comprend une posture, une durée, une position précise de la tête, une intensité… C’est primordial pour que l’effort de la femme soit véritablement canalisé sur le fait de faire sortir son enfant de son utérus. Ainsi, elle utilisera son énergie à bon escient étant donné que le travail peut parfois durer plusieurs heures.

Quelques semaines avant le terme, la femme enceinte, avec l’aide de son kinésithérapeute prénatal, simule une situation d’accouchement. Elle verra comment se déroule la procédure dans tous ses aspects. On lui apprendra également comment pousser efficacement quand ce sera le moment de le faire.

Adopter la bonne posture pendant le travail permet un bon acheminement de bébé à travers le bassin de sa mère. C’est une étape compliquée de l’accouchement. Y être préparée avec la kinésithérapie prénatale permet de l’aborder sereinement et efficacement.

Dans l’idéal, le mari devra être présent pendant les séances de préparation à l’accouchement. Il saura quoi faire le moment venu et ne se laissera forcément pas emporter par la panique.

 

Quels sont les bienfaits de la kinésithérapie prénatale?

Les bienfaits de la kiné prénatale pour la femme qui va accoucher

Nombreuses sont les mères qui témoignent des bienfaits de la kinésithérapie prénatale au cours de leur grossesse passée. Elle permet de soulager les douleurs et les multiples désagréments liés à la gestation : douleur lombaire, sciatique, douleur articulaire, jambes lourdes, maux de tête, insomnie et bien d’autres. La kiné prénatale propose pour cela de nombreuses solutions comme le massage, le drainage lymphatique, les exercices de relaxation et de respiration…

Cette branche de la kinésithérapie prépare également les futures mères aux impacts psychologiques que peut engendrer la grossesse. On parle notamment de la peur de l’accouchement et les effets de la grossesse sur le corps.

En bref, la kinésithérapie prénatale aide la femme enceinte à profiter pleinement de l’expérience de la grossesse en minimisant tant que possible les désagréments qui y sont liés. Elle permet aussi de mieux anticiper et préparer l’accouchement.

 

Et pour le bébé à venir…

Un fœtus a tout intérêt à évoluer dans le ventre d’une mère sereine et bien préparée. Il faut savoir que, dès son 4ème mois, le bébé perçoit tout ce que son porteur ressent. On parle là de tous les ressentiments et sensations possibles : joies, pleurs, sérénité, angoisse…

Puisque la kinésithérapie prénatale favorise la détente de la femme enceinte, tous les bienfaits que cela procure sont également ressentis par l’enfant qu’elle porte.

 

Est-elle autorisée chez toutes les femmes enceintes?

En général, toutes les femmes enceintes peuvent faire de la kinésithérapie prénatale. Il faudra cependant renseigner le pratiquant des éventuelles pathologies ou problèmes dont elles souffrent. Le kinésithérapeute prénatal jugera ensuite si un avis d’un gynécologue est nécessaire en ce qui concerne les séances. Il convient de préciser que le massage est contre indiqué dans certaines situations comme le diabète, l’hypertension artérielle, la fièvre…

 

Kinésithérapie prénatale : vers qui se tourner?

La grossesse est une période très délicate pour la vie d’une femme et l’enfant qu’elle porte. Il est recommandé de se tourner vers un kinésithérapeute professionnel avec de l’expérience pour les séances de kinésithérapie prénatale.